Il n’est pas question d’utiliser les huiles essentielles avec les petits enfants : trop puissantes ! Mais les hydrolats, eux, offrent des soins naturels très précieux.

Pour une fois, j’ai invité une aromatologue pour vous apporter la meilleure information qui soit afin de bien utiliser le potentiel des hydrolats.
Claire édite la page Facebook « Bazelle & Saro » que je vous recommande !

Qu’est-ce qu’un hydrolat ?
L’hydrolat est obtenu lors du processus de distillation des plantes qui permet d’extraire les huiles essentielles à la vapeur d’eau. Au cours de cette distillation, la vapeur d’eau traverse les plantes puis se condense au contact des parois froides d’un réfrigérant. L’hydrolat (l’eau de la condensation) et l’huile essentielle se séparent, laissant les composés volatiles dans cette dernière. Dès lors, l’hydrolat contient les molécules solubles de la plante ainsi qu’une très petite quantité d’huile essentielle. Chez l’enfant, on choisit les hydrolats pour leurs actions pharmacologiques, leur absence de toxicité et leur très bonne tolérance.

Les hydrolats, solution naturelle et sans danger
Les hydrolats sont déjà présents dans notre quotidien. Hydrolats de rose, de fleur d’oranger, de lavande ou de fleurs de bleuet sont en effet utilisés de façon historique en cosmétique et en cuisine. Aujourd’hui nous les retrouvons, de façon complémentaire, dans certains traitements d’aromathérapie et plus généralement en médecines naturelles.
Bien que peu d’études cliniques aient été réalisées sur les hydrolats, leur étude chimique a bien déterminé une faible toxicité. Les hydrolats présentent donc un grand intérêt thérapeutique pour les personnes fragiles et les enfants. On évite les effets secondaires des huiles essentielles ainsi qu’une meilleure tolérance. Ils sont plus efficaces que les tisanes en cas de spasmes digestifs et intestinaux, de nausées, de stress, …

Bien utiliser les hydrolats, en application locale ou par voie orale
Les hydrolats en application locale (sur la peau)

Les hydrolats peuvent être utilisés en appliquant localement des compresses imbibées dans les affections cutanées traumatiques ou infectieuses.

Soulager lors de maladies infantiles : rougeole, varicelle, ou la scarlatine !
Evidemment, toute maladie infantile doit être prise en charge par votre médecin traitant. J’évoque ici la manière de soulager l’enfant et d’atténuer le virus de manière naturelle. La consultation médicale reste de règle !!!

Deux hydrolats « généralistes » contre les infections et les virus
L’hydrolat de ciste ladanifère est indiqué pour toutes les maladies virales : c’est un bactéricide et virucide puissant, également astringent et cicatrisant. Vous tamponnerez les zones touchées par les boutons ou les plaques, avec des compresses d’hydrolat, 3 à 4 fois par jour.

L’hydrolat de Thym doux à linalol peut être utilisé car il présente les mêmes propriétés que la Cyste ladanifère, (bien choisir cet hydrolat, car il y a différents thyms qui n’ont pas les mêmes propriétés).

En cas de varicelle
L’hydrolat de Menthe poivrée est particulièrement recommandé en cas de varicelle pour son action anti-virale, antalgique et rafraîchissant. A tapoter doucement sur les vésicules.

Contre les bleus et les hématomes
L’hydrolat d’Hélichryse italienne aide à résorber rapidement les hématomes. Appliquer avec un coton, directement sur l’hématome : faire pénétrer par une friction douce et répéter 4 fois par jour pendant plusieurs jours.

Petites plaies, écorchures, coupures
Vous choisirez l’hydrolat de Ciste ladanifère très efficace pour favoriser la cicatrisation et pour stopper les petits saignements par son activité anti-hémorragique. Appliquez une compresse imbibée directement sur la lésion qui permettra de désinfecter la blessure. Bref, à avoir à la maison ou en vacances, de toutes les façons !

Les hydrolats par voie orale

Par voie orale, il est important de respecter les doses qui sont variables selon l’âge des enfants.

  • De 6 à 12 mois  = 5 mL d’hydrolat pour 100 mL d’eau,
  • Enfant de moins de 10 ans = 10 mL d’hydrolat pour 100 mL d’eau,
  • De 10 à 14 ans = de 25 à 40 mL d’hydrolat pour 100 mL d’eau,
  • A partir de 15 ans et pour un adulte =  de 50 à 75 mL d’hydrolat pour 100 mL d’eau.

On choisit, par exemple, l’hydrolat de Lavande vraie en cas de stress avant un contrôle ou une interrogation.

Pour les bébés et les tout petits, l’hydrolat de Fleur d’oranger aide à l’endormissement et rassure les enfants inquiets.

L’hydrolat de Camomille noble est un apaisement souverain : il apaise les maux de ventre, les troubles digestifs et les coliques des nourrissons. Il est aussi bien utile en cas de colère.

Les hydrolats et les maux de bouche
Les enfants ont parfois bien du mal à identifier une douleur buccale, dont on sait qu’il y en a de bien des sortes : aphtes, irritations des gencives ou poussées dentaires : quel hydrolat choisir ?
Pour les poussées dentaires, vaporiser de l’hydrolat de Camomille noble (vendu en spray), dans la bouche de bébé, plusieurs fois par jour. Vous pouvez aussi verser 1 cuillerée à café du mélange d’hydrolat de Camomille noble et de Lavande vraie dans un biberon ou dans un verre d’eau à prendre 2 fois par jour.

Contre les aphtes – chez les enfants d’âge scolaire – des bains de bouche avec l’hydrolat de Laurier noble sont très efficaces.

Comment bien conserver les hydrolats ?
Ils sont très sensibles à la lumière et à la chaleur, mais ils sont aussi sensibles aux infections microbiennes. Il est donc impératif de les conserver dans un flacon teinté, à l’abri de la lumière. Avant la première utilisation, ils peuvent être conservés environ 1 an. Mais après ouverture, mieux vaut les conserver au réfrigérateur et ne pas les utiliser au-delà de 3 mois.

Claire Laville, aromatologue et éditrice de la page Facebook « Bazelle&Saro »

1
Commentaire

Laisser un commentaire