Les voyages forment la jeunesse, dit-on. De retour d’un récent voyage en famille à Amsterdam, je viens d’expérimenter les bienfaits de voyager avec ses enfants. Cela situe les enfants, à la fois dans l’exotisme et en pleine réalité. Ce n’est pas si courant dans leur existence vouée au virtuel.

Dans la vraie vie

Faire un voyage avec son ou ses enfants a une dimension éducative. C’est un partage et une transmission de parent à enfant extrêmement structurante. Et d’enfant à parent, cela va sans dire. C’est dans la même logique que de revaloriser le « faire » avec les mains, manier, construire, élaborer : des richesses fondamentales à offrir à son enfant dans ses toutes premières années (cf mon article sur la cuisine).

Car à bien regarder évoluer nos petits héros quotidiens, force est de constater que Madeleine, Gaston, Louisette et même Gustave ne sont pas, comme leurs prédécesseurs, des « fabricants ». Sans revenir sur le bon vieux temps du Meccano, nous leur donnons peu l’occasion d’être industrieux.

Pourquoi parler de « faire » quand on parle de voyages ?

Et bien, ce n’est pas si loin. Evacuons tout de suite le séjour en clubs services, sorte de prison dorée (avec parfois barbelés et militaires dans certains pays comme l’Egypte ou la République dominicaine), lieux où les parents « décompressent » sachant leurs enfants pataugeant et mangeant au buffet géant ce qui leur passe par la tête, tout en apprenant le rock à 6 ans avec une animatrice étudiante. C’est top, bien sûr, mais il y a une aventure bien plus riche à découvrir ensemble. L’un n’exclu pas l’autre, me direz-vous…
Je parle du voyage préparé et vécu ensemble. Voici quelques idées, faciles à appliquer, très éducatives et sympas :

  • En voiture, on commence par éteindre le GPS (arrêtez avec le GPS : 50% des gens ne savent pas le programmer et conduisent en tripotant des boutons !). Lire une carte, c’est… pas facile mais passionnant. « Madeleine, tu fais le copilote ! ». On aura pris du temps avant pour expliquer les autoroutes (en rouge), les routes (vertes ou jaunes), les kms affichés, prendre une direction, etc… Pour les plus calés, on fera des calculs de distances, en combien de temps, etc… et la géographie en générale : le pays, la région, la ville, le fleuve d’à côté…
  • Si l’on voyage en voiture en Europe, il faut se préparer à un étonnement : nos enfants ne bronchent pas une oreille quand on dit « Regardez, on entre en Belgique ! ». Non événement absolu : vous avez à bord des européens-nés.
  • Préparez ensemble votre voyage par Internet : que va-t-on aller voir ? Discussion et arbitrage en famille assurés. Pas obligés de ne faire que du culturel ! On peut aussi visiter une usine …. Haribo ! Profitez-en pour commander de chez vous vos entrées aux musées ou dans les parcs d’attractions. Plus de files d’attente sur place.
  • Offrez-leur un carnet de voyage (avec une trousse). On colle les tickets, on marque le soir à l’hôtel ce qu’on a vu. Exercice d’expression libre… très libre ! (à conserver au retour, car écrire ancre aussi la mémoire de son vécu). Scrapbooking de première génération.
  • Confiez-leur des sous. Compter son budget, surtout dans une autre monnaie, fait travailler les tables d’addition, … et de soustraction aussi, malheureusement…
  • Si vous optez pour la version campagne, c’est sans doute que vous avez déjà l’attitude de mettre en pratique leurs savoirs sur le terrain. Jouez-la « explorateur » avec l’équipement (jumelles, attrape insectes, boussole).
  • Investissez dans des appareils photos de base et surtout laissez-les faire : vous serez étonnés de leur talent et de la pertinence de ce qu’ils photographient ! (à coller dans leur carnet, bien sûr).

Voilà. J’espère vous avoir convaincus un petit peu. Mettre en pratique ses savoirs, c’est la meilleure façon de démontrer à son enfant que ce qu’il apprend à l’école sert à quelque chose de tangible : découvrir, explorer, engranger, être autonome, s’enrichir, ouvrir son regard… Déclencher une vocation qui rendra l’exercice d’orientation bien plus simple. Et éviter plus tard la scène de ménage autour d’un GPS 😉

Côté Amsterdam, La maison d’Anne Frank (la file d’attente est un peu longue, mais c’est très émouvant… en fait inoubliable). Une grande leçon d’histoire pour les enfants et les grands.
Pour équiper Madeleine et Gustave, les explorateurs : un tour chez Nature & Découvertes

Un autre article sur l’apprentissage de la géographie en vacances : c’est parti !

2
Comments
  1. Jander dit :

    Très bon magasin
    Le concepte pour tester les jouets super bien
    Très bien pour mon fils et pour mes filles

Laisser un commentaire