La dimension éducative du vote manuel

Elections : la dimension éducative du vote manuel

Dans une société numérisée, pourquoi donc encore se déplacer pour voter « à la main » ?

Parce qu’il y est question de symbole, de parole, d’éducation de nos enfants. Aussi.

Côté éducation, je prône le vote manuel. Il me semble essentiel de maintenir cette balade en famille un peu particulière. Vous vous rappelez sans doute vous-même comme un vrai souvenir d’enfance, d’avoir accompagné vos parents à l’école municipale du quartier (tout un symbole, ceci dit en passant) pour les voir voter.

Pratique dominicale qui se joue à plusieurs, chaque personne égale à son voisin, par ailleurs

En France, on vote le dimanche, contrairement à beaucoup de pays où cela se passe en semaine, en glissant son bulletin dans l’urne, avant ou après sa pause déjeuner.
Nous, en France, on vote le dimanche. Cela joue sans doute sur l’abstention. Bref, c’est avant ou après le Poulet-Belle-mère.

Du coup, les enfants sont aussi là pour nous accompagner. Et nous avons beaucoup à leur dire à ce moment-là. C’est complémentaire à l’éducation civique scolaire. Parents, une fois de plus, prenez votre part… Parlez, expliquez, transmettez !

Donc, on entre dans la cour (super propre la cour), on cherche son bureau de vote. La liste alphabétique a autant d’importance que pour une entrée en CP. Là, il y a des gens comme nous, enfin encore mieux que nous puisqu’ils passent leur dimanche à proposer des bulletins à l’entrée à leurs concitoyens. Acte gratuit, si il en est.
« Et pourquoi y’en a d’autres à l’autre bout de la pièce qui prennent des notes ? Et pourquoi y’en a un (une) qui reste debout en répétant sans cesse « a voté » devant une grande boîte en plastique ? », s’interrogent la petite Raymonde et l’espiègle Gilbert qui soulève le rideau de l’isoloir comme pour dévoiler le tour d’un magicien !

« Non, Gilbert, le vote, c’est secret ». Maman a-t-elle dit « c’est secret », ou « c’est sacré » ?

C’est pas le moment de la faire répéter : elle est concentrée. Le p’tit Gilbert sent bien qu’il faut lâcher sur la pitrerie. Les parents ont expliqué à table à quel point c’est du sérieux. D’abord parceque le vote, c’est lié à la République… qu’au début de la Révolution française qui institua le bulletin de vote écrit par soi-même. Ainsi, le  s analphabètes devaient s’en remettre à des lettrés (pas super fiable) ; mais aussi que l’on a voter longtemps sous différentes formes : à main levée, avec des boules, en public, en général. Ce n’est à la fin du XIXème siècle que le vote secret dans l’isoloir et sa validation en public sont entrés en vigueur. Beaucoup moins d’influence et et de regard des autres, c’est évident !!! Enfin, le suffrage universel, une voix égale une voix sur tout le territoire national…. c’est en 1962.  Quelle aventure !

Et bien voilà : voter, c’est exprimer sa voix

Tous les citoyens ont une voix et elle compte la même chose : elle a le même poids que celle du jeune black, celle d’une salariée ou d’une chercheuse d’emploi, celle du pâtissier du coin et celle de la mamie qui font ensemble la queue pour atteindre bien sagement l’urne de la République. C’est à la fois très secret (son choix) et très public : le nom de papa ou de maman a été prononcé bien haut, avec l’adresse même, et 4 personnes au moins ont été témoins du vote.

Impressionnant !

La beauté du geste : le vote manuel

Face à la dématérialisation étendue de nos actes – écrire une lettre d’amour, retirer de l’argent, payer ses impôts – il est vraisemblable que nous aurons droit au vote électronique généralisé dans quelques temps. Outre le risque évident de fraude, de « surveillance », (en marketing, on dit « tracker », c’est dire…), il faut s’inquiéter de cette virtualisation de la voix du peuple qui, en France et en Europe, a un privilège si rare en ce bas monde : voter.
Nos enfants doivent être convaincus que notre devoir citoyen est aussi… un droit, par principe fragile. Eux aussi demain, auront leur mot à dire…

Connaissez-vous le Parlement des enfants ?!

On le sait peu, mais l’Assemblée nationale et l’Education nationale organisent le Parlement des enfants : cliquez !
Il y a aussi le site du Sénat : Sénat junior
Au niveau Europe, Europa, l’oganisme communautaire,  met en ligne un site pour les enfants mais aussi pour les enseignants et les parents… Kid’s corner existe dans toutes les langues européennes. On y parle aussi – mais pas que – des institutions et du vote.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

D'autres articles