Offrir aux enfants des Quitapenas, poupées anti tracas

Offrez des poupées anti tracas du Guatemala

Une  amie très attentionnée m’a offert en cadeau des poupées anti-tracas du Guatemala. En espagnol, elles sont connues sous le nom de Quitapenas. Autrement dit : « Quitte peines »… et c’est bien le vrai pouvoir que ces minuscules figurines diffusent ! Les Quitapenas, ça marche !

Pour que l’enfant puisse confier ses soucis

C’est bien connu : quand on confie ses peines à un(e) ami(e) bienveillant(e) est le meilleur moyen d’écarter ses peines, soucis et autre tracas. Mais parfois, quand on est petit, dire ce que l’on a sur le cœur est bien difficile. Alors, les petites poupées du Guatemala entrent en scène. Minuscules, elles absorbent les grosses inquiétudes !

Une profonde tradition guatemaltèque

Au Guatemala, tous les petits enfants ont des Quitapenas : elles sont fabriquées avec trois fois rien et elles ont la beauté chatoyante des couleurs d’Amérique du sud. Faites d’un peu de bois, de fil de fer, de tissu, de carton, elles sont produites par les grands ; parfois les grands avec les petits. Cette attention, ce cadeau sans prix est, selon moi, la raison de leur pouvoir : les petites poupées sont faites avec l’envie d’aimer et la certitude d’apaiser. Pas besoin de psychologue moderne dans la société traditionnelle guatémaltèque / maya : oles grands offrent aux petits des pouvoirs magiques? C’est une forme d’élégance pour faire grandir les enfants.

Comment ça marche, les Quitapenas ?

Elles sont six… Toutes différentes et offertes soit dans une petite boîte en copeau de bois, soit dans une pochette de tissu, si petite qu’elle tient bien logée dans une main de 4 ans. L’enfant les étale sur son lit et raconte ses soucis aux petites poupées. Question de confiance et d’intimité avant de s’installer au lit. Ensuite, l’enfant met ses bonnes fées sous son oreiller… La nuit passe, et là, au matin, c’est obligé, elles ont enlevé tous les chagrins de la veille ! Ma-gi-que !

Vous trouverez les poupées anti tracas…

Les magasins qui vendent des produits sud américains, évidemment… Egalement sur Internet… bien sûr…

Mon amie a trouvé mes Quitapenas dans un lieu surprenant : à la boutique du musée des Jacobins, à Auch … Et pourquoi là, précisément ? Et bien parce que ce musée possède la deuxième plus vaste collection d’art précolombien de France ! On en apprend tous les jours. Mais si vous ne passez pas par Auch (pensez-y, ceci dit), soyez inventif : ce n’est pas très compliqué de créer ses propres Quitepenas… Le matériel est dans la maison, la patience dans notre motivation. Reste à avoir vraiment des petits doigts malins… ça tombe bien … ils viennent de traverser le salon !

Bref, cadeau délicat, doux et si efficace… Vous allez faire des heureux !

 

Partagez cet article :