Le dîner de famille est un support d'éducation

Le dîner en famille est un support d’éducation. Essayez !

Sur les campus, en start-up, on sait que manger et boire ensemble stimule l’intelligence collective. Un concept né où ? Dans le dîner en famille, ce formidable support d’éducation !

Cela commence dès la préparation

« Qu’est-ce qu’on mange ? » est en soi une invitation à construire ensemble… Eduquez les papilles par la diversité, obligez (un petit peu) à goûter « quand même », respectez les répulsions pour tel ou tel aliment… Faites avec tout ça un menu sympa et qui retient l’attention.

Cette organisation peut paraître contraignante mais vous tenez là une bonne occasion d’échanges… Evidemment, c’est souvent la mère de famille qui s’y colle, mais de plus en plus de pères se lancent en cuisine, et pas seulement le week-end… Même avec les tout petits, préparer des aliments a son « effet dream team » : équeuter les fraises, passer les radis sous l’eau, etc… En débutant par des tâches très simples, tout le monde est d’accord pour participer. Chacune, chacun remarque que, dans ces petits gestes, elle ou il apprend quelque chose.

Prenez le temps de vous asseoir autour d’une table

Avec les emplois du temps chargés, nous sommes bien d’accord qu’un repas (souvent le dîner) en famille ne doit pas durer trop longtemps, ni comporter trop de plats. Mais il est incroyablement précieux de prendre le temps de se poser, de se réunir autour d’une table. Cela permet d’évaluer le bien-être ou les crises de ses enfants. Leur bonne entente ou leur conflits… Quand ils sont plusieurs, souvent dans la même école, le sujet des enseignants vous en apprendra aussi beaucoup.

Au moins une fois par semaine, éteignez la télé !

Toutes les familles du monde partagent leurs repas en famille avec… la télé… On suit vaguement les infos, le brouhaha fait bruit de fond, les images se succèdent… C’est parfois l’occasion d’éduquer à la citoyenneté, de rappeler le rôle d’un ministre ou d’un maire, ce qu’est la prison, pourquoi l’agriculture nous fait manger (bouffer) des pesticides. Regard critique sur l’assiette devant soi ! Mais, une fois par semaine au moins, (si possible en fin de semaine), tentez l’aventure du dîner sans bruit de fond. Pas de télé, pas de téléphone !!!! Debriefing assuré !

Tour de table de l’actualité de chacun, en mode décontracté
Les histoires sortent si cette parenthèse comporte une petite règle du jeu : le temps de ce repas, soyez moins détenteur d’autorité : laissez parler, relancez le débat, abordez les prochaines vacances…

Tout cela peut paraître une évidence. Surtout en France où c’est une tradition qui tient le coup, plus que partout ailleurs… Mais de plus en plus souvent, chacun ouvre le frigo, se sert et va grignoter dans sa chambre. Vraiment, tentez cette aventure du quotidien, vous allez en apprendre, des choses !

1 commentaire

Rejoignez la discussion et donnez-nous votre opinion

Petites vexations à l'école : c'est le début de la violence !Répondre
12/10/2020 at 14:24

[…] Pourtant, très vite (si vite), cela génère de l’angoisse, parfois une forme d’agressivité déplacée. C’est presque toujours, à l’insu de l’enfant maltraité, une vraie bombe à retardement de malaise. C’est à nous parents d’y penser régulièrement. Sur un mode informel, comme ça, pour tester que tout va bien. C’est aussi l’une des vertus du dîner en famille. […]

Répondre