Enfants : ne blâmez pas leur ignorance, expliquez-leur !

Dire à un enfant « Comment, tu ne sais pas ça ?! » Cela provoque en lui une honte et un réflexe de fermeture. Evitez cette remarque et comblez gentiment la lacune.

Notre représentation d’adulte du savoir
Les multiples apprentissages que nous avons traversés depuis l’enfance ont consisté à :

  • Défricher l’information (surtout à y être aidé, puis à faire de cette information une évidence)
  • Comprendre, apprendre
  • Incorporer la connaissance si bien qu’elle fait partie de nous-mêmes : sauf problème neurologique, on sait faire du vélo une fois pour toute. On sait associer Versailles et Louis XIV, la 1ère guerre mondiale à 1914/1918, 3 x 3 = 9.

La fluidité acquise participe de notre identité. Nous sommes, entre autre, ce que nous savons. Il est donc tentant de dire à quelqu’un « Tu ne sais pas ça ?! »…. Et d’en rajouter par « … à ton âge ?! »…. tout simplement parce que dans le spectre de nos savoirs, cela paraît évident.

C’est d’ailleurs l’une des difficultés du dialogue avec les enseignants qui, bons élèves dans une matière (les maths, le français, l’histoire) s’engagent dès leur bac vers des études centrées sur leur seule matière de prédilection. Il est parfois difficile de leur faire valoir que plein de gens autour d’eux n’ont pas leur facilité dans ce domaine précis et qu’il leur faudrait peut-être amener les gens vers leur passion plutôt que de les tenir à la porte de leur expertise. Pourtant, la complexité du monde nous démontre tous les jours que l’on est toujours l’analphabète de quelqu’un. Personne ne sait tout de tout !!! Il faut donc être modeste et bienveillant. Les enfants, tout jeunes, tout neufs sont en phase de conquête d’apprentissages, d’essais, de tentatives, d’échecs (aussi). Et bien sûr, ils en savent moins que nous sur certains points. Quoique ! Depuis une vingtaine d’années, les parents se sentent souvent les « pauvres » technologiques de leur progéniture.

Ce qui meurtrit
Le « A ton âge, tu ne sais toujours pas ça ?! » meurtrit l’enfant. Parce qu’il a une relation d’amour avec ses parents et qu’il incorpore ce blâme comme notre déception à son sujet. C’est une honte, puisque vous le dîtes, d’être ignorant. Les adultes analphabètes le vivent d’ailleurs de la même façon. L’ignorance, une lacune vécue comme une pauvreté.

Que faire ?
Le mieux est de débuter par quelques questions pour situer le problème. L’enfant est-il passé à côté parce qu’il était dans la lune ? parce que ça ne l’intéresse pas ? parce qu’il n’a pas les outils pour comprendre ? C’est la première fois que vous remarquez ce manque ? est-ce récurrent dans la même matière ?
Ensuite (petite astuce) mettez-vous à sa hauteur pour lui parler. C’est un geste extrêmement simple et incroyablement producteur de calme et de confiance.
Et là, expliquez la notion, le petit calcul, le pays sur la carte géographique. Vous ne le savez pas vous-même ? Cela arrive : dites à l’enfant qu’on va demander à un tel ou une telle… renseignez-vous dans votre entourage, quartier, centre de loisirs, et même sur le web qui contient plein de vidéos pédagogiques, sur tous les sujets…

2
Comments
  1. Charlotte dit :

    Demain j’ai un controle et j’arrive pas a apprendre ma leçon elle est trop longue

    1. Anne Leguy dit :

      Désolée Charlotte de vous répondre tard mais il est à prévoir que votre question va se poser en cours d’année. Tout d’abord, surtout pour une matière qui vous plaît moyennement, essayez de la relire le soir même, à haute voix et prenant le temps de corriger les fautes, remplir les manques en les demandant à vos copains.
      Ensuite, comme le dit mon article, quand on a un gros problème (leçon) : la meilleur technique est encore de le couper en tranches ! combien de paragraphes ? quelle logique en tre eux. Remettez sur une feuille libre le plan : parties, sous parties. Apprenez vraiment par coeur les définitions.
      J’espère voir contribué un peu à diminuer votre stress.
      prendre son élan plusieurs jours à l’avance, ça aide aussi 😉
      Bonne route !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *